Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

La peau des pieuvres sensible à la lumière

Mis à jour le 15 septembre 2015

Depuis les années 40, on sait que les céphalopodes tels que les pieuvres, les seiches et les calamars peuvent se camoufler en changeant la couleur et la texture de leur peau. Mais jusqu’à maintenant, nous ne savions pas ce qui déclenchait ces changements très rapides. 

octopus-vulgaris

Dans un article paru dans le Journal of experimental biology, M Desmond Ramirez et Todd H. Oakley décrivent comment ils ont découvert qu’une protéine bien particulière se trouvait à l’intérieur de la peau des pieuvres : l’opsine. Cette protéine est aussi présente dans les bâtonnets de la rétine de l’œil et agit comme un capteur de lumière. Le signal part de ce capteur directement et sans passer ni par les yeux ni par le cerveau vers les chromatophores, qui sont, eux, responsables du changement de couleur de la peau des pieuvres. C’est grâce à ce mécanisme « réflexe » que les pieuvres changent si vite de couleur.


doi: 10.1242/​jeb.110908
May 15, 2015 J Exp Biol 218, 1513-1520.
Eye-independent, light-activated chromatophore expansion (LACE) and expression of phototransduction genes in the skin of Octopus bimaculoides, M. Desmond Ramirez and Todd H. Oakley


Photo d’illustration : Octopus vulgaris par Joachim S. Müller, licence Creative Commons by-nc-sa

 

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.