Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Une loi pluriannuelle pour la recherche… budgétée sur un an ?

Hier, à l’occasion de ses vœux au Musée de l’Homme, la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal,a eu l’occasion d’annoncer quelques mesures de la future « loi pluriannuelle pour la recherche », malgré la manifestation qui réunissait des chercheur·euse·s sur le parvis du Trocadéro et l’énoncé d’un contre discours par Johanna Siméant-Germanos (Enseignante-chercheuse en science politique et Médaille d’argent du CNRS 2019) repris par un de ses collègues après l’intervention de vigiles pour la faire sortir.

Des annonces budgétaires pour un an

Trois annonces chiffrées ont émaillé le discours de la ministre. Deux concernent la revalorisation des salaires de chercheur·euse·s et une le financement des formations de santé mais toutes ne s’engagent que sur l’année 2021, ce qui, pour l’instant, réduit la loi pluriannuelle à une portée d’un an (sic).

La première des annonces de revalorisation concerne le salaire des jeunes chercheur·euse·s à l’embauche qui sera « d’au moins 2 SMIC, contre 1,3 à 1,4 SMIC aujourd’hui ». Frédérique Vidal prévoit 26 millions d’euros en 2021 pour financer cette revalorisation. Ce chiffre de 1,3 à 1,4 SMIC de salaire actuel à l’embauche pour les chercheur·euses est à relativiser car c’est le salaire minimum auquel elles et ils sont théoriquement embauché·e·s directement après la thèse. Mais comme bien souvent l’embauche se fait après plusieurs années de post-docs, la plupart ont une revalorisation salariale déjà au dessus de 1,4 SMIC ̶2̶ ̶S̶M̶I̶C̶ (Edit 22:15 : mélange dans les chiffres).

61€ par mois de revalorisation pour les chercheur·euses en poste

Pour le reste des 126 000 chercheur·euses et enseignant·e·s-chercheur·euse·s, une enveloppe de 92 millions d’euros, toujours pour 2021, sera allouée à la revalorisation de leurs salaires soit 61€ par mois en moyenne.

Lors de cette soirée, rien de concret n’a été évoqué sur les années qui suivent 2021. Si le gouvernement actuel peut argumenter qu’il aura impulsé un mouvement que les suivants ne pourront pas arrêter, l’état ne s’engage vis à vis de ses chercheur·euse·s, pour l’instant, que pour une seule année.

La dernière annonce sonnante et trébuchante concerne le financement de la nouvelle licence « Accès Santé » qui permettra une passerelle vers les parcours de formation en santé, notamment dans les universités où ce parcours n’existe pas. La ministre prévoit de mobiliser, toujours pour 2021, 9 millions d’euros venus du Fonds pour la transformation de l’action publique pour soutenir sous la création et le développement de ces licences sous forme d’un appel à projets.

Objectifs revus à la baisse

Les annonces concernant cette loi pluriannuelle pour la recherche arrive donc au compte-goutte. Et la loi qui devait être présentée mi-février pourrait ne l’être qu’en avril, ce qui va devenir un casse-tête dans l’agenda parlementaire. Celui du sénat est particulièrement chargé avant le vote du budget en octobre puisque les sénatoriales vont occuper toute la rentrée de septembre.

Les objectifs de la loi seront sans doute revues à la baisse. D’une loi qui devait révolutionner la politique de la recherche française pour atteindre un budget Recherche (public/privé) équivalent à 3% du PIB, on se dirige vers un objectif de 2,6% vers 2030 et une revalorisation salariale pour compenser la réforme des retraites qui, de l’aveu même du gouvernement, léserait les chercheur·euse·s.


Photo d’illustration : A safe place to hide, par TruShu, licence Creative Commons by-nc

6 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.