[CNRS] Baisse des postes aux concours de BIATSS

L’ambiance est morose dans l’Enseignement supé­rieur et de la recherche fran­çais. Le CNRS a choi­si de bais­ser encore un peu le nombre d’ouvertures de postes aux concours des Biblio­thé­caires, ingé­nieurs, admi­nis­tra­tifs, tech­ni­ciens, per­son­nels sociaux et de san­té (BIATSS), en pas­sant de 315 postes ouverts aux concours l’année der­nière à 309 postes cette année.

Rap­pe­lons qu’Antoine Petit, le PDG du CNRS, a déjà annon­cé que les effec­tifs de son orga­nisme bais­se­raient de 80 per­son­nels par an pen­dant 5 ans et que, cette année, 49 postes de Char­gés de recherche de moins ont été pro­po­sés aux concours.

Le CNRS va embaucher des ingénieur·e·s informaticien·ne·s

Si cette baisse géné­rale de postes aux concours est à sou­li­gner, des choix assez radi­caux ont été faits au pro­fit essen­tiel­le­ment des ingénieur·e·s de recherche (IR) en infor­ma­tique, sta­tis­tiques et cal­cul scien­ti­fique, la Branche d’activités pro­fes­sion­nelles (BAP) E, qui voient le nombre de postes aux concours aug­men­ter signi­fi­ca­ti­ve­ment par rap­port à l’année der­nière, pas­sant de 12 à 27, au détri­ment d’autres branches et d’autres corps.

Le signal est don­né : le CNRS, tout en rédui­sant ses effec­tifs, ne veut pas perdre la main sur la ges­tion des don­nées de la recherche.


Voir en plein écran l’évolution de l’ouverture de postes aux concours postes d’Ingénieurs de recherche au CNRS

Les Branches d’activités pro­fes­sion­nelles (BAP) :

  • BAP A : « Sciences du vivant, de la terre et de l’environnement » ;
  • BAP B : « Sciences chi­miques et science des maté­riaux » ;
  • BAP C : « Sciences de l’ingénieur et ins­tru­men­ta­tion scien­ti­fique » ;
  • BAP D : « Sciences humaines et sociales » ;
  • BAP E : « Infor­ma­tique, sta­tis­tiques et cal­cul scien­ti­fique » ;
  • BAP F : « Culture, com­mu­ni­ca­tion, pro­duc­tion et dif­fu­sion des savoirs)» ;
  • BAP G : « Patri­moine immo­bi­lier, logis­tique, res­tau­ra­tion et pré­ven­tion » ;
  • BAP H : « Ges­tion de la recherche » ;
  • La BAP I n’existe plus ;
  • la BAP J : « Ges­tion et pilo­tage », fusion de la BAP H et de la BAP I.

Des ingénieur·e·s d’études aux services administratifs

Si le nombre de postes aux concours du corps des ingénieur·e·s d’études reste glo­ba­le­ment stable depuis 4 ans, les ser­vices admi­nis­tra­tifs voient leur part aug­men­tée signi­fi­ca­ti­ve­ment pas­sant de 30 postes en 2017 à 41 postes cette année.


Voir en plein écran l’évolution de l’ouverture de postes aux concours d’Ingénieurs d’études au CNRS

De moins en moins de technicien·ne·s et d’assistant·e·s ingénieur·e·s

Les corps des technicien·ne·s et des assistant·e·s ingénieur·e·s voient leur nombre de postes mis au concours bais­ser d’année en année depuis 10 ans et cette année ne fait pas excep­tion. En 2019, il ne reste plus que 47 postes de technicien·ne·s et 71 postes d’assistant·e·s ingénieur·e·s au concours, pour une bonne par­tie pro­po­sée dans les ser­vices admi­nis­tra­tifs de l’organisme de recherche (BAP J).


Voir en plein écran l’évolution de l’ouverture de postes d’AI au CNRS


Voir en plein écran l’évolution de l’ouverture de postes aux concours de tech­ni­ciens au CNRS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.