[CNRS] Baisse des postes aux concours de BIATSS

L’am­biance est morose dans l’En­sei­gne­ment supé­rieur et de la recherche fran­çais. Le CNRS a choi­si de bais­ser encore un peu le nombre d’ou­ver­tures de postes aux concours des Biblio­thé­caires, ingé­nieurs, admi­nis­tra­tifs, tech­ni­ciens, per­son­nels sociaux et de san­té (BIATSS), en pas­sant de 315 postes ouverts aux concours l’an­née der­nière à 309 postes cette année.

Rap­pe­lons qu’Antoine Petit, le PDG du CNRS, a déjà annon­cé que les effec­tifs de son orga­nisme bais­se­raient de 80 per­son­nels par an pen­dant 5 ans et que, cette année, 49 postes de Char­gés de recherche de moins ont été pro­po­sés aux concours.

Le CNRS va embaucher des ingénieur·e·s informaticien·ne·s

Si cette baisse géné­rale de postes aux concours est à sou­li­gner, des choix assez radi­caux ont été faits au pro­fit essen­tiel­le­ment des ingénieur·e·s de recherche (IR) en infor­ma­tique, sta­tis­tiques et cal­cul scien­ti­fique, la Branche d’ac­ti­vi­tés pro­fes­sion­nelles (BAP) E, qui voient le nombre de postes aux concours aug­men­ter signi­fi­ca­ti­ve­ment par rap­port à l’an­née der­nière, pas­sant de 12 à 27, au détri­ment d’autres branches et d’autres corps.

Le signal est don­né : le CNRS, tout en rédui­sant ses effec­tifs, ne veut pas perdre la main sur la ges­tion des don­nées de la recherche.


Voir en plein écran l’é­vo­lu­tion de l’ou­ver­ture de postes aux concours postes d’In­gé­nieurs de recherche au CNRS

Les Branches d’ac­ti­vi­tés pro­fes­sion­nelles (BAP) :

  • BAP A : « Sciences du vivant, de la terre et de l’environnement » ;
  • BAP B : « Sciences chi­miques et science des maté­riaux » ;
  • BAP C : « Sciences de l’ingénieur et ins­tru­men­ta­tion scien­ti­fique » ;
  • BAP D : « Sciences humaines et sociales » ;
  • BAP E : « Infor­ma­tique, sta­tis­tiques et cal­cul scien­ti­fique » ;
  • BAP F : « Culture, com­mu­ni­ca­tion, pro­duc­tion et dif­fu­sion des savoirs)» ;
  • BAP G : « Patri­moine immo­bi­lier, logis­tique, res­tau­ra­tion et pré­ven­tion » ;
  • BAP H : « Ges­tion de la recherche » ;
  • La BAP I n’existe plus ;
  • la BAP J : « Ges­tion et pilo­tage », fusion de la BAP H et de la BAP I.

Des ingénieur·e·s d’études aux services administratifs

Si le nombre de postes aux concours du corps des ingénieur·e·s d’é­tudes reste glo­ba­le­ment stable depuis 4 ans, les ser­vices admi­nis­tra­tifs voient leur part aug­men­tée signi­fi­ca­ti­ve­ment pas­sant de 30 postes en 2017 à 41 postes cette année.


Voir en plein écran l’é­vo­lu­tion de l’ou­ver­ture de postes aux concours d’In­gé­nieurs d’é­tudes au CNRS

De moins en moins de technicien·ne·s et d’assistant·e·s ingénieur·e·s

Les corps des technicien·ne·s et des assistant·e·s ingénieur·e·s voient leur nombre de postes mis au concours bais­ser d’an­née en année depuis 10 ans et cette année ne fait pas excep­tion. En 2019, il ne reste plus que 47 postes de technicien·ne·s et 71 postes d’assistant·e·s ingénieur·e·s au concours, pour une bonne par­tie pro­po­sée dans les ser­vices admi­nis­tra­tifs de l’or­ga­nisme de recherche (BAP J).


Voir en plein écran l’é­vo­lu­tion de l’ou­ver­ture de postes d’AI au CNRS


Voir en plein écran l’é­vo­lu­tion de l’ou­ver­ture de postes aux concours de tech­ni­ciens au CNRS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.