CNRS : 80 personnels permanents par an en moins pendant 5 ans

En réponse à mes billets sur l’é­vo­lu­tion des ouver­tures de postes aux concours du CNRS dans les­quels on peut obser­ver, par exemple, une dimi­nu­tion en 2019 de 49 postes en moins au concours des char­gés de recherche (les cher­cheurs de l’or­ga­nisme), plu­sieurs lec­teurs m’ont posé la ques­tion de l’é­vo­lu­tion des effec­tifs per­ma­nents du CNRS.

L’é­vo­lu­tion des postes aux concours donne des infor­ma­tions sur l’in­té­gra­tion de jeunes chercheur⋅euse⋅s au sein de l’or­ga­nisme mais il est aus­si inté­res­sant de voir com­ment évo­luent les effec­tifs totaux du CNRS.

Le budget du CNRS n’est pas « open bar »

Les 49 postes en moins aux concours des chercheur⋅euse⋅s en 2019 n’au­gurent pas d’une aug­men­ta­tion des effec­tifs de l’or­ga­nisme. Antoine Petit, PDG du CNRS a annon­cé lors de l’é­mis­sion du Grain à moudre du 26 décembre à laquelle je par­ti­ci­pais que, de 2019 à 2024, le nombre d’ou­ver­tures de postes aux concours du CNRS cor­res­pon­drait au nombre de départs à la retraite lis­sé sur ces 5 ans.

Ce qui amè­ne­rait, en pre­nant en compte les autres départs, à une baisse d’ef­fec­tif géné­ral de 80 per­son­nels par an, tou­jours selon Antoine Petit, résu­mant la situa­tion d’un « ce n’est pas open bar ».

Une baisse des effectifs depuis 10 ans

Je suis allé sur le site du bilan social du CNRS pour voir l’é­vo­lu­tion de ces effec­tifs. On y trouve les chiffres de 2008 à 2016 mais depuis décembre 2017, le CNRS n’a pas publié (sur ce site) de bilan social. Celui de 2017 a été publié par le syn­di­cat SGEN-CFDT. J’ai regar­dé les chiffres des per­sonnes phy­siques payées au 31 décembre de chaque année.

De 2008 à 2017, les effec­tifs des technicien⋅ne⋅s fonc­tion­naires du CNRS chutent de 30%.

Ceux des assistant⋅e⋅s ingénieur⋅e⋅s, ingénieur⋅e⋅s d’é­tude et ingénieur⋅e⋅s de recherche réuni⋅e⋅s aug­mentent de près de 9% mais j’ai des doutes sur le fait que cette aug­men­ta­tion com­pense la baisse du nombre de tech­ni­ciens :

Pour les chercheur⋅euse⋅s du CNRS, les effec­tifs baissent dras­ti­que­ment de 2008 à 2015 puis remontent un tout petit peu mais glo­ba­le­ment, depuis 10 ans, nous assis­tons à une baisse d’en­vi­rons 3% des effec­tifs :

Répartition femmes – hommes au CNRS

Alors que les effec­tifs du CNRS dimi­nuent la répar­ti­tion femmes-hommes évo­lue beau­coup plus dou­ce­ment. Les tech­ni­ciennes res­tent lar­ge­ment majo­ri­taires et la fémi­ni­sa­tion des métiers d’in­gé­nieur et de cher­cheur n’a­vance presque pas au sein du prin­ci­pal orga­nisme de recherche fran­çais :

3 thoughts on “CNRS : 80 personnels permanents par an en moins pendant 5 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.