Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

CNRS : 80 personnels permanents par an en moins pendant 5 ans

Mis à jour le 10 janvier 2019

En réponse à mes billets sur l’évolution des ouvertures de postes aux concours du CNRS dans lesquels on peut observer, par exemple, une diminution en 2019 de 49 postes en moins au concours des chargés de recherche (les chercheurs de l’organisme), plusieurs lecteurs m’ont posé la question de l’évolution des effectifs permanents du CNRS.

L’évolution des postes aux concours donne des informations sur l’intégration de jeunes chercheur⋅euse⋅s au sein de l’organisme mais il est aussi intéressant de voir comment évoluent les effectifs totaux du CNRS.

Le budget du CNRS n’est pas « open bar »

Les 49 postes en moins aux concours des chercheur⋅euse⋅s en 2019 n’augurent pas d’une augmentation des effectifs de l’organisme. Antoine Petit, PDG du CNRS a annoncé lors de l’émission du Grain à moudre du 26 décembre à laquelle je participais que, de 2019 à 2024, le nombre d’ouvertures de postes aux concours du CNRS correspondrait au nombre de départs à la retraite lissé sur ces 5 ans.

Ce qui amènerait, en prenant en compte les autres départs, à une baisse d’effectif général de 80 personnels par an, toujours selon Antoine Petit, résumant la situation d’un « ce n’est pas open bar ».

Une baisse des effectifs depuis 10 ans

Je suis allé sur le site du bilan social du CNRS pour voir l’évolution de ces effectifs. On y trouve les chiffres de 2008 à 2016 mais depuis décembre 2017, le CNRS n’a pas publié (sur ce site) de bilan social. Celui de 2017 a été publié par le syndicat SGEN-CFDT. J’ai regardé les chiffres des personnes physiques payées au 31 décembre de chaque année.

De 2008 à 2017, les effectifs des technicien⋅ne⋅s fonctionnaires du CNRS chutent de 30%.

Ceux des assistant⋅e⋅s ingénieur⋅e⋅s, ingénieur⋅e⋅s d’étude et ingénieur⋅e⋅s de recherche réuni⋅e⋅s augmentent de près de 9% mais j’ai des doutes sur le fait que cette augmentation compense la baisse du nombre de techniciens :

Pour les chercheur⋅euse⋅s du CNRS, les effectifs baissent drastiquement de 2008 à 2015 puis remontent un tout petit peu mais globalement, depuis 10 ans, nous assistons à une baisse d’environs 3% des effectifs :

Répartition femmes – hommes au CNRS

Alors que les effectifs du CNRS diminuent la répartition femmes-hommes évolue beaucoup plus doucement. Les techniciennes restent largement majoritaires et la féminisation des métiers d’ingénieur et de chercheur n’avance presque pas au sein du principal organisme de recherche français :

6 Commentaires

  1. Charlie Roux Charlie Roux 5 novembre 2020

    Bonjour,
    Etant en deuxième année de licence de biologie, je dois faire une page web en renseignant des tableaux chiffrés sur le métier de chercheur. Est-il possible d’utiliser plusieurs des tableaux que vous publiés ici ?
    En vous remerciant par avance.

    • Martin Clavey Martin Clavey Auteur de l’article | 5 novembre 2020

      Bonjour,

      Vous pouvez utiliser les graphiques en me citant comme auteur. Pour les données, vous pouvez cliqué en dessous des graphiques pour y trouver les sources à citer.

      • Charlie Roux Charlie Roux 6 novembre 2020

        Merci, évidemment je vous citerai, j’ajouterai également vous sources.
        Je vous remercie encore.

Répondre à Revue de presse 13/01/2019 – Alternative Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.