Le gouvernement espère avoir une politique de Recherche à partir de 2021

La direc­tion du CNRS était heu­reuse d’ac­cueillir, ce ven­dre­di 1er février, en tête d’af­fiche le Pre­mier Ministre Édouard Phi­lippe pour l’ou­ver­ture des céré­mo­nies des 80 ans de l’or­ga­nisme. Sus­ci­tant l’in­té­rêt de la presse pour son grand raout regrou­pant la plu­part de ses directeur⋅rice⋅s de Recherche, le CNRS pro­met­tait des annonces impor­tantes du Pre­mier ministre. Mais d’an­nonces concrètes, Édouard Phi­lippe en a fina­le­ment peu faites.

Une loi de programmation pluriannuelle

L’an­nonce la plus impor­tante d’É­douard Phi­lippe ce matin est la volon­té de mettre en place une loi de pro­gram­ma­tion plu­ri­an­nuelle de la recherche. « Parce que la science s’inscrit dans le temps long, le Gou­ver­ne­ment a sou­hai­té ins­crire l’effort de sou­tien à la recherche dans le cadre plu­ri­an­nuel d’une loi de pro­gram­ma­tion » explique le Pre­mier Ministre.

Édouard Phi­lippe pré­voit que cette loi de pro­gram­ma­tion soit pré­pa­rée sous l’é­gide de la Ministre de l’En­sei­gne­ment supé­rieur, de la recherche et de l’in­no­va­tion, Fré­dé­rique Vidal, autour de trois thèmes : le ren­for­ce­ment des capa­ci­tés de finan­ce­ment, l’adaptation des poli­tiques de res­sources humaines et le déve­lop­pe­ment de la recherche par­te­na­riale.

Le temps perdu de la politique de la recherche française

Le Pre­mier ministre pro­met donc enfin une poli­tique de la recherche. En effet, depuis 2017, il était dif­fi­cile de com­prendre vers quoi allait la recherche fran­çaise. Phi­lippe Aghion, pour­tant l’un des ins­pi­ra­teurs du pro­gramme du can­di­dat Macron, le disait lui-même en juin der­nier au micro de France Inter : « Pour l’ins­tant je ne vois pas de poli­tique de la recherche au gou­ver­ne­ment ».

Mais cette pro­messe arrive bien tard. Édouard Phi­lippe annonce que cette loi de pro­gram­ma­tion plu­ri­an­nuelle de la recherche ne sera votée qu’en 2020 pour une appli­ca­tion en 2021, un an seule­ment avant la fin du man­dat d’Em­ma­nuel Macron. Le gou­ver­ne­ment ne pour­ra donc s’en­ga­ger réel­le­ment que pour une durée de deux ans, un grand mini­mum pour qua­li­fier une pro­gram­ma­tion de « plu­ri­an­nuelle ».

Choisir et renoncer

Comme le pointe mon col­lègue Syl­vestre Huet, le Pre­mier Ministre a rap­pe­lé aux chercheur·euse·s face à lui l’a­dage « choi­sir, c’est renon­cer ». Cet adage devrait dou­cher les espoirs du Minis­tère qui espé­rait voir dans cette loi de pro­gram­ma­tion plu­ri­an­nuelle un signe d’un ave­nir meilleur pour le bud­get de la recherche publique fran­çaise.

Les trois thèmes pro­po­sés ain­si que l’ab­sence d’an­nonce bud­gé­taire concrète vont dans le sens d’un renon­ce­ment d’un vrai plan de finan­ce­ment public de la recherche fran­çaise. Mais ce gou­ver­ne­ment n’a pas l’air de vou­loir choi­sir seul et pré­fère délé­guer les renon­ce­ments.

Car si c’est bien la Ministre qui cha­peau­te­ra les dis­cus­sions sur la loi de pro­gram­ma­tion plu­ri­an­nuelle, le gou­ver­ne­ment a pré­vu que les trois thèmes seront pris en mains par des com­mis­sions com­po­sées de par­le­men­taires, de chercheur⋅euse⋅s, de dirigeant⋅e⋅s d’or­ga­nismes de recherche et d’ac­teurs indus­triels.

Une prolongation des Labex jusqu’en 2025

Fina­le­ment, la seule annonce son­nante et tré­bu­chante du Pre­mier Ministre est une mesure qui était dans les tuyaux depuis quelques temps au Minis­tère de l’En­sei­gne­ment supé­rieur et de la Recherche : la pro­lon­ga­tion des Labex jus­qu’en 2025 et un bud­get de 400 mil­lions d’eu­ros finan­cé par le PIA 3.

Pas de cadeau d’anniversaire pour le CNRS

Alors que le PDG du CNRS, Antoine Petit, a annon­cé récem­ment que l’or­ga­nisme allait sup­pri­mer 80 postes par an pen­dant 5 ans et que le Pre­mier ministre par­lait devant un par­terre de chercheur⋅euse⋅s venu⋅e⋅s fêter les 80 ans du CNRS, le Pre­mier Ministre n’a fait aucune annonce concer­nant direc­te­ment le pre­mier orga­nisme de recherche de France.

Pen­dant le dis­cours d’É­douard Phi­lippe, Antoine Petit n’a d’ailleurs pu se réjouir que de la nou­velle pos­si­bi­li­té, pour le CNRS, de récol­ter des dons via sa nou­velle fon­da­tion.

Même si le Pre­mier Ministre est venu sans cadeau pour le CNRS, on peut quand même sou­hai­ter à l’or­ga­nisme octo­gé­naire un bon anni­ver­saire !


Pho­to d’illus­tra­tion de une Edouard Phi­lippe wäh­rend der Mün­che­ner Siche­rheits­kon­fe­renz 2018 par Muel­ler / MSC en licence Crea­tive Com­mons CC-by

2 thoughts on “Le gouvernement espère avoir une politique de Recherche à partir de 2021

Répondre à dusserre Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.