Baisse du recrutement de chargés de recherche au CNRS

Les cher­cheurs vou­lant entrer au CNRS ont jusqu’à la fin de ce ven­dre­di pour envoyer leur can­di­da­ture. Selon le bilan social du CNRS, en 2015 (p72), il y avait 1 poste pour 25 can­di­dats. J’ai vou­lu retra­cer l’historique des créa­tions de postes de Char­gé de recherche aux CNRS ces der­nières années. Mais ça n’a pas été simple.

Un portail Opendata peu fourni

Sur le por­tail open­da­ta de l’ESR fran­çais nulle trace de don­nées concer­nant l’emploi au CNRS. En fait, il n’y a que deux jeux de don­nées concer­nant le CNRS. La cen­tra­li­sa­tion des don­nées de l’ESR, ce n’est pas encore ça.

Un Opendata à reculons des données du CNRS

Allons donc sur le site du bilan social du CNRS. En 2009 et 2010, on pou­vait avoir quelques jeux de don­nées en for­mat xls et csv, puis, jus­qu’en 2013, on a des fichiers xls seule­ment. Mais pour les deux der­niers bilans, 2014 et 2015, le CNRS ne dif­fuse les chiffres de ses bilans sociaux que dans des pdfs dif­fi­ciles à trai­ter Màj : Les fichiers xls sont en fait acces­sibles via des liens dans les pdf de 2014 et 2015. C’est quand même moins simple d’y accé­der et pas indexé par les moteurs de recherche. C’est mar­rant, on dirait que le mou­ve­ment de l’opendata est à recu­lons ici. Et dans tout ces fichiers, pas d’évolution à jour, sec­tion par sec­tion, du nombre de postes au concours.

J’ai donc été cher­cher les don­nées dans les arrê­tés d’ouverture des concours du CNRS de 2005 à 2016 sur Légi­france (par exemple, ici). J’ai trai­té les don­nées avec un petit script Python pour en faire des fichiers json (postes-CR-CNRS-Classe1.json, postes-CR-CNRS-Classe2.json, postes-CR-CNRS.json).

 


Mise à jour du 10 janvier 2017 :

Nico­las Holz­schuch m’a fait remar­quer que les sec­tions du CNRS chan­geaient régu­liè­re­ment :

Effec­ti­ve­ment, les sec­tions du CNRS sont modi­fiées à chaque chan­ge­ment de man­dat du Comi­té natio­nal de la Recherche Scien­ti­fique (CoNRS). En 2013, par exemple, la sec­tion 1 a été trans­for­mée en sec­tion 41, la sec­tion 3 en sec­tion 1, la 6 en 3 etc. On peut com­prendre qu’il y ait besoin de modi­fier à la marge des noms des sec­tions et d’en créer par­fois de nou­velles mais la renu­mé­ra­tion intem­pes­tive est assez décon­cer­tante et rend dif­fi­cile le tra­vail sur l’évolution de ces sec­tions. J’ai donc fait un tableau de cor­res­pon­dances des sec­tions avant 2013 et après :

2005 2013
1 41
3 1
6 3
7 6 et 7
20 30
21 20
22 21
23 22
24 24, 25 et 27
25 24
26 22
27 26
28 23
30 28

J’ai ensuite fait la trans­po­si­tion des don­nées d’avant 2013 que j’ai col­lec­tées en pre­nant compte de ce tableau. Par exemple, dans mes don­nées, le nombre de postes de la sec­tion 1 de 2006 est trans­po­sé dans la sec­tion 41 et ain­si de suite. Vous remar­que­rez qu’à cer­taines sec­tions de 2005 cor­res­pondent plu­sieurs sec­tions de 2013. J’ai déci­dé (en assu­mant le biais) de répar­tir de façon égale les postes dans les dif­fé­rentes sec­tions.

Enfin, vous remar­que­rez peut être que le tableau ci-des­sus ne prend pas en compte les com­mis­sions inter­dis­ci­pli­naires. Celles-ci évo­luant beau­coup plus que les autres sec­tions, je les ai tout sim­ple­ment regrou­pées.

Les gra­phiques ci-des­sous prennent en compte tout ce que je viens de vous expli­quer.

Si vous remar­quez encore des erreurs, n’hésitez pas à me le noti­fier dans les com­men­taires ou sur Twit­ter.


Évolution de la création des postes de CR aux CNRS

J’en ai tiré trois graphes inter­ac­tifs : le total des postes (Char­gés de recherche 1ère classe ET 2è classe), le nombre de poste de CR 2è classe et le nombre de poste de CR 1ère classe.


Voir en plein écran l’évolution de la créa­tion totale des postes de CR au CNRS


Voir en plein écran l’évolution de la créa­tion des postes de CR 2è classe au CNRS


Voir en plein écran l’évolution de la créa­tion des postes de CR 1ère classe au CNRS

Si vous remar­quez des erreurs sur cer­tains chiffres, n’hésitez pas à me le signa­ler. Les expres­sions régu­lières de mon script ne sont pas infaillibles.

Pour ceux qui, comme moi, ne connaissent pas les inti­tu­lés des sec­tions CNRS par cœur, les voi­ci :

  • Sec­tion 1 : « Inter­ac­tions, par­ti­cules, noyaux, du labo­ra­toire au cos­mos »
  • Sec­tion 2 : « Théo­ries phy­siques : méthodes, modèles et appli­ca­tions »
  • Sec­tion 3 : « Matière conden­sée : struc­tures et pro­prié­tés élec­tro­niques »
  • Sec­tion 4 : « Atomes et molé­cules, optique et lasers, plas­mas chauds »
  • Sec­tion 5 : « Matière conden­sée : orga­ni­sa­tion et dyna­mique »
  • Sec­tion 6 : « Sciences de l’information : fon­de­ments de l’informatique, cal­culs, algo­rithmes, repré­sen­ta­tions, exploi­ta­tions »
  • Sec­tion 7 : « Sciences de l’information : signaux, images, langues, auto­ma­tique, robo­tique, inter­ac­tions, sys­tèmes inté­grés maté­riel-logi­ciel »
  • Sec­tion 8 : « Micro- et nano­tech­no­lo­gies, micro- et nano­sys­tèmes, pho­to­nique, élec­tro­nique, élec­tro­ma­gné­tisme, éner­gie élec­trique »
  • Sec­tion 9 : « Méca­nique des solides. Maté­riaux et struc­tures. Bio­mé­ca­nique. Acous­tique »
  • Sec­tion 10 : « Milieux fluides et réac­tifs : trans­ports, trans­ferts, pro­cé­dés de trans­for­ma­tion »
  • Sec­tion 11 : « Sys­tèmes et maté­riaux supra et macro­mo­lé­cu­laires : éla­bo­ra­tion, pro­prié­tés, fonc­tions »
  • Sec­tion 12 : « Archi­tec­tures molé­cu­laires : syn­thèses, méca­nismes et pro­prié­tés »
  • Sec­tion 13 : « Chi­mie phy­sique, théo­rique et ana­ly­tique »
  • Sec­tion 14 : « Chi­mie de coor­di­na­tion, cata­lyse, inter­faces et pro­cé­dés »
  • Sec­tion 15 : « Chi­mie des maté­riaux, nano­ma­té­riaux et pro­cé­dés »
  • Sec­tion 16 : « Chi­mie et vivant »
  • Sec­tion 17 : « Sys­tème solaire et uni­vers loin­tain »
  • Sec­tion 18 : « Terre et pla­nètes tel­lu­riques : struc­ture, his­toire, modèles »
  • Sec­tion 19 : « Sys­tème terre : enve­loppes super­fi­cielles »
  • Sec­tion 20 : « Bio­lo­gie molé­cu­laire et struc­tu­rale, bio­chi­mie »
  • Sec­tion 21 : « Orga­ni­sa­tion, expres­sion, évo­lu­tion des génomes. Bio­in­for­ma­tique et bio­lo­gie des sys­tèmes »
  • Sec­tion 22 : « Bio­lo­gie cel­lu­laire, déve­lop­pe­ment, évo­lu­tion-déve­lop­pe­ment »
  • Sec­tion 23 : « Bio­lo­gie végé­tale inté­gra­tive »
  • Sec­tion 24 : « Phy­sio­lo­gie, vieillis­se­ment, tumo­ri­ge­nèse »
  • Sec­tion 25 : « Neu­ro­bio­lo­gie molé­cu­laire et cel­lu­laire, neu­ro­phy­sio­lo­gie »
  • Sec­tion 26 : « Cer­veau, cog­ni­tion, com­por­te­ment »
  • Sec­tion 27 : « Rela­tions hôte-patho­gène, immu­no­lo­gie, inflam­ma­tion »
  • Sec­tion 28 : « Phar­ma­co­lo­gie-ingé­nie­rie et tech­no­lo­gies pour la san­té-ima­ge­rie bio­mé­di­cale »
  • Sec­tion 29 : « Bio­di­ver­si­té, évo­lu­tion et adap­ta­tions bio­lo­giques : des macro­mo­lé­cules aux com­mu­nau­tés »
  • Sec­tion 30 : « Sur­face conti­nen­tale et inter­faces »
  • Sec­tion 31 : « Hommes et milieux : évo­lu­tion, inter­ac­tions »
  • Sec­tion 32 : « Mondes anciens et médié­vaux »
  • Sec­tion 33 : « Mondes modernes et contem­po­rains »
  • Sec­tion 34 : « Sciences du lan­gage »
  • Sec­tion 35 : « Sciences phi­lo­so­phiques et phi­lo­lo­giques, sciences de l’art »
  • Sec­tion 36 : « Socio­lo­gie et sciences du droit »
  • Sec­tion 37 : « Eco­no­mie et ges­tion »
  • Sec­tion 38 : « Anthro­po­lo­gie et étude com­pa­ra­tive des socié­tés contem­po­raines »
  • Sec­tion 39 : « Espaces, ter­ri­toires et socié­tés »
  • Sec­tion 40 : « Poli­tique, Pou­voir, Orga­ni­sa­tion »
  • Sec­tion 41 : « Mathé­ma­tiques et inter­ac­tions des mathé­ma­tiques »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 42 : « Sciences de la com­mu­ni­ca­tion »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 43 : « Modé­li­sa­tion des sys­tèmes bio­lo­giques, bio­in­for­ma­tique »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 44 : « Cog­ni­tion, langage,traitement de l’information, sys­tèmes natu­rels et arti­fi­ciels »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 45 : « Dyna­mique des sys­tèmes environnementaux,développement durable, san­té et socié­té »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 46 : « Risques envi­ron­ne­men­taux et socié­té »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 47 : « astro­par­ti­cules »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 48 : « sciences de la com­mu­ni­ca­tion »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 51 : « Modé­li­sa­tion et ana­lyse des don­nées et des sys­tèmes bio­lo­giques : approches infor­ma­tiques, mathé­ma­tiques et phy­siques »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 52 : « Envi­ron­ne­ments socié­tés : du fon­da­men­tal à l’opérationnel »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 53 : « Méthodes, pra­tiques et com­mu­ni­ca­tions des sciences et des tech­niques »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 54 : « Méthodes expé­ri­men­tales, concepts et ins­tru­men­ta­tion en sciences de la matière et en ingé­nie­rie pour le vivant »

5 commentaires à propos de “Baisse du recrutement de chargés de recherche au CNRS

  • 27 juin 2017 at 18 h 52 min
    Permalink

    les graphes ne s’affichent pas

    Reply
    • 27 juin 2017 at 18 h 58 min
      Permalink

      Mer­ci du com­men­taire. C’est un pro­blème avec le pas­sage en https. C’est répa­ré sous fire­fox nor­ma­le­ment. Je regarde pour­quoi ça ne fonc­tionne pas sous chrome.

      Reply
  • 1 juillet 2017 at 16 h 46 min
    Permalink

    Bon­jour

    aucun gra­phique ne s’affiche, ni sous Fire­fox, ni Safa­ri, ni Chrome.

    Reply
    • 2 juillet 2017 at 18 h 44 min
      Permalink

      Je viens de faire des modi­fi­ca­tions et nor­ma­le­ment ça doit être répa­ré.

      Mer­ci pour le signa­le­ment

      Reply
  • Pingback: Évolution du recrutement des chargés de recherche au CNRS 2018 - The Sound Of Science

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *