Baisse du recrutement de chargés de recherche au CNRS

Les cher­cheurs vou­lant entrer au CNRS ont jus­qu’à la fin de ce ven­dre­di pour envoyer leur can­di­da­ture. Selon le bilan social du CNRS, en 2015 (p72), il y avait 1 poste pour 25 can­di­dats. J’ai vou­lu retra­cer l’his­to­rique des créa­tions de postes de Char­gé de recherche aux CNRS ces der­nières années. Mais ça n’a pas été simple.

Un portail Opendata peu fourni

Sur le por­tail open­da­ta de l’ESR fran­çais nulle trace de don­nées concer­nant l’emploi au CNRS. En fait, il n’y a que deux jeux de don­nées concer­nant le CNRS. La cen­tra­li­sa­tion des don­nées de l’ESR, ce n’est pas encore ça.

Un Opendata à reculons des données du CNRS

Allons donc sur le site du bilan social du CNRS. En 2009 et 2010, on pou­vait avoir quelques jeux de don­nées en for­mat xls et csv, puis, jus­qu’en 2013, on a des fichiers xls seule­ment. Mais pour les deux der­niers bilans, 2014 et 2015, le CNRS ne dif­fuse les chiffres de ses bilans sociaux que dans des pdfs dif­fi­ciles à trai­ter Màj : Les fichiers xls sont en fait acces­sibles via des liens dans les pdf de 2014 et 2015. C’est quand même moins simple d’y accé­der et pas indexé par les moteurs de recherche. C’est mar­rant, on dirait que le mou­ve­ment de l’o­pen­da­ta est à recu­lons ici. Et dans tout ces fichiers, pas d’é­vo­lu­tion à jour, sec­tion par sec­tion, du nombre de postes au concours.

J’ai donc été cher­cher les don­nées dans les arrê­tés d’ou­ver­ture des concours du CNRS de 2005 à 2016 sur Légi­france (par exemple, ici). J’ai trai­té les don­nées avec un petit script Python pour en faire des fichiers json (postes-CR-CNRS-Classe1.json, postes-CR-CNRS-Classe2.json, postes-CR-CNRS.json).

 


Mise à jour du 10 janvier 2017 :

Nico­las Holz­schuch m’a fait remar­quer que les sec­tions du CNRS chan­geaient régu­liè­re­ment :

Effec­ti­ve­ment, les sec­tions du CNRS sont modi­fiées à chaque chan­ge­ment de man­dat du Comi­té natio­nal de la Recherche Scien­ti­fique (CoNRS). En 2013, par exemple, la sec­tion 1 a été trans­for­mée en sec­tion 41, la sec­tion 3 en sec­tion 1, la 6 en 3 etc. On peut com­prendre qu’il y ait besoin de modi­fier à la marge des noms des sec­tions et d’en créer par­fois de nou­velles mais la renu­mé­ra­tion intem­pes­tive est assez décon­cer­tante et rend dif­fi­cile le tra­vail sur l’é­vo­lu­tion de ces sec­tions. J’ai donc fait un tableau de cor­res­pon­dances des sec­tions avant 2013 et après :

2005 2013
1 41
3 1
6 3
7 6 et 7
20 30
21 20
22 21
23 22
24 24, 25 et 27
25 24
26 22
27 26
28 23
30 28

J’ai ensuite fait la trans­po­si­tion des don­nées d’a­vant 2013 que j’ai col­lec­tées en pre­nant compte de ce tableau. Par exemple, dans mes don­nées, le nombre de postes de la sec­tion 1 de 2006 est trans­po­sé dans la sec­tion 41 et ain­si de suite. Vous remar­que­rez qu’à cer­taines sec­tions de 2005 cor­res­pondent plu­sieurs sec­tions de 2013. J’ai déci­dé (en assu­mant le biais) de répar­tir de façon égale les postes dans les dif­fé­rentes sec­tions.

Enfin, vous remar­que­rez peut être que le tableau ci-des­sus ne prend pas en compte les com­mis­sions inter­dis­ci­pli­naires. Celles-ci évo­luant beau­coup plus que les autres sec­tions, je les ai tout sim­ple­ment regrou­pées.

Les gra­phiques ci-des­sous prennent en compte tout ce que je viens de vous expli­quer.

Si vous remar­quez encore des erreurs, n’hé­si­tez pas à me le noti­fier dans les com­men­taires ou sur Twit­ter.


Évolution de la création des postes de CR aux CNRS

J’en ai tiré trois graphes inter­ac­tifs : le total des postes (Char­gés de recherche 1ère classe ET 2è classe), le nombre de poste de CR 2è classe et le nombre de poste de CR 1ère classe.


Voir en plein écran l’é­vo­lu­tion de la créa­tion totale des postes de CR au CNRS


Voir en plein écran l’é­vo­lu­tion de la créa­tion des postes de CR 2è classe au CNRS


Voir en plein écran l’é­vo­lu­tion de la créa­tion des postes de CR 1ère classe au CNRS

Si vous remar­quez des erreurs sur cer­tains chiffres, n’hé­si­tez pas à me le signa­ler. Les expres­sions régu­lières de mon script ne sont pas infaillibles.

Pour ceux qui, comme moi, ne connaissent pas les inti­tu­lés des sec­tions CNRS par cœur, les voi­ci :

  • Sec­tion 1 : « Inter­ac­tions, par­ti­cules, noyaux, du labo­ra­toire au cos­mos »
  • Sec­tion 2 : « Théo­ries phy­siques : méthodes, modèles et appli­ca­tions »
  • Sec­tion 3 : « Matière conden­sée : struc­tures et pro­prié­tés élec­tro­niques »
  • Sec­tion 4 : « Atomes et molé­cules, optique et lasers, plas­mas chauds »
  • Sec­tion 5 : « Matière conden­sée : orga­ni­sa­tion et dyna­mique »
  • Sec­tion 6 : « Sciences de l’in­for­ma­tion : fon­de­ments de l’in­for­ma­tique, cal­culs, algo­rithmes, repré­sen­ta­tions, exploi­ta­tions »
  • Sec­tion 7 : « Sciences de l’in­for­ma­tion : signaux, images, langues, auto­ma­tique, robo­tique, inter­ac­tions, sys­tèmes inté­grés maté­riel-logi­ciel »
  • Sec­tion 8 : « Micro- et nano­tech­no­lo­gies, micro- et nano­sys­tèmes, pho­to­nique, élec­tro­nique, élec­tro­ma­gné­tisme, éner­gie élec­trique »
  • Sec­tion 9 : « Méca­nique des solides. Maté­riaux et struc­tures. Bio­mé­ca­nique. Acous­tique »
  • Sec­tion 10 : « Milieux fluides et réac­tifs : trans­ports, trans­ferts, pro­cé­dés de trans­for­ma­tion »
  • Sec­tion 11 : « Sys­tèmes et maté­riaux supra et macro­mo­lé­cu­laires : éla­bo­ra­tion, pro­prié­tés, fonc­tions »
  • Sec­tion 12 : « Archi­tec­tures molé­cu­laires : syn­thèses, méca­nismes et pro­prié­tés »
  • Sec­tion 13 : « Chi­mie phy­sique, théo­rique et ana­ly­tique »
  • Sec­tion 14 : « Chi­mie de coor­di­na­tion, cata­lyse, inter­faces et pro­cé­dés »
  • Sec­tion 15 : « Chi­mie des maté­riaux, nano­ma­té­riaux et pro­cé­dés »
  • Sec­tion 16 : « Chi­mie et vivant »
  • Sec­tion 17 : « Sys­tème solaire et uni­vers loin­tain »
  • Sec­tion 18 : « Terre et pla­nètes tel­lu­riques : struc­ture, his­toire, modèles »
  • Sec­tion 19 : « Sys­tème terre : enve­loppes super­fi­cielles »
  • Sec­tion 20 : « Bio­lo­gie molé­cu­laire et struc­tu­rale, bio­chi­mie »
  • Sec­tion 21 : « Orga­ni­sa­tion, expres­sion, évo­lu­tion des génomes. Bio­in­for­ma­tique et bio­lo­gie des sys­tèmes »
  • Sec­tion 22 : « Bio­lo­gie cel­lu­laire, déve­lop­pe­ment, évo­lu­tion-déve­lop­pe­ment »
  • Sec­tion 23 : « Bio­lo­gie végé­tale inté­gra­tive »
  • Sec­tion 24 : « Phy­sio­lo­gie, vieillis­se­ment, tumo­ri­ge­nèse »
  • Sec­tion 25 : « Neu­ro­bio­lo­gie molé­cu­laire et cel­lu­laire, neu­ro­phy­sio­lo­gie »
  • Sec­tion 26 : « Cer­veau, cog­ni­tion, com­por­te­ment »
  • Sec­tion 27 : « Rela­tions hôte-patho­gène, immu­no­lo­gie, inflam­ma­tion »
  • Sec­tion 28 : « Phar­ma­co­lo­gie-ingé­nie­rie et tech­no­lo­gies pour la san­té-ima­ge­rie bio­mé­di­cale »
  • Sec­tion 29 : « Bio­di­ver­si­té, évo­lu­tion et adap­ta­tions bio­lo­giques : des macro­mo­lé­cules aux com­mu­nau­tés »
  • Sec­tion 30 : « Sur­face conti­nen­tale et inter­faces »
  • Sec­tion 31 : « Hommes et milieux : évo­lu­tion, inter­ac­tions »
  • Sec­tion 32 : « Mondes anciens et médié­vaux »
  • Sec­tion 33 : « Mondes modernes et contem­po­rains »
  • Sec­tion 34 : « Sciences du lan­gage »
  • Sec­tion 35 : « Sciences phi­lo­so­phiques et phi­lo­lo­giques, sciences de l’art »
  • Sec­tion 36 : « Socio­lo­gie et sciences du droit »
  • Sec­tion 37 : « Eco­no­mie et ges­tion »
  • Sec­tion 38 : « Anthro­po­lo­gie et étude com­pa­ra­tive des socié­tés contem­po­raines »
  • Sec­tion 39 : « Espaces, ter­ri­toires et socié­tés »
  • Sec­tion 40 : « Poli­tique, Pou­voir, Orga­ni­sa­tion »
  • Sec­tion 41 : « Mathé­ma­tiques et inter­ac­tions des mathé­ma­tiques »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 42 : « Sciences de la com­mu­ni­ca­tion »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 43 : « Modé­li­sa­tion des sys­tèmes bio­lo­giques, bio­in­for­ma­tique »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 44 : « Cog­ni­tion, langage,traitement de l’in­for­ma­tion, sys­tèmes natu­rels et arti­fi­ciels »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 45 : « Dyna­mique des sys­tèmes environnementaux,développement durable, san­té et socié­té »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 46 : « Risques envi­ron­ne­men­taux et socié­té »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 47 : « astro­par­ti­cules »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 48 : « sciences de la com­mu­ni­ca­tion »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 51 : « Modé­li­sa­tion et ana­lyse des don­nées et des sys­tèmes bio­lo­giques : approches infor­ma­tiques, mathé­ma­tiques et phy­siques »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 52 : « Envi­ron­ne­ments socié­tés : du fon­da­men­tal à l’o­pé­ra­tion­nel »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 53 : « Méthodes, pra­tiques et com­mu­ni­ca­tions des sciences et des tech­niques »
  • Com­mis­sion inter­dis­ci­pli­naire 54 : « Méthodes expé­ri­men­tales, concepts et ins­tru­men­ta­tion en sciences de la matière et en ingé­nie­rie pour le vivant »

7 thoughts on “Baisse du recrutement de chargés de recherche au CNRS

Répondre à George Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.